The City Hobgobelins

Quand le Petit Reporter de l’Imaginaire n’est pas occupé à écrire ou à lire, il lui arrive d’écouter de la musique…  Et dans bien des refrains, il trouve trace des lutins !

Il y a peu, il était révélé ici-même comment le traducteur anglophone de Michel Houellbecq avait attiré l’attention du Petit Reporter sur le groupe The Fall et sa chanson City Hobgoblins ; titre traduit par… Les Lutins Urbains !

Ne reculant devant aucun sacrifice, le Petit Reporter vous offre aujourd’hui la chanson et sa traduction (maison ; merci mam’zelle Zaza).

Pas de doute : Mark E. Smith, chanteur de The Fall, sait de quoi il parle !

Les Lutins Urbains *

Les araignées connaissent ces choses-là

Les Gremlins connaissent ces choses-là

Tap tap tap tap

Tu crois que c’est un bruit de tuyauteries

Mais qui a allumé les lampes ?

Nos lutins urbains

Nos lutins urbains

Ubu Roi est un lutin urbain domestique

Et chaque soir, ils sont tous prêts

Nos lutins urbains

Nos lutins urbains

Ils infestent ma maison la nuit

Ils n’ont pas l’air reluisants

Ils ont dix fois mon âge

Et font un dixième de ma taille

Nos lutins urbains

Nos lutins urbains

Le bourdonnement de leurs rondes qui durent toute la nuit

Ah, ça c’est vraiment terrible

Ces émigrés des vertes clairières

Prétentieux, hein ?

Nos lutins urbains

Nos lutins urbains

Ils vont te choper

Quand la Reine Victoria est une grosse limace noire dans Picadilly, Manchester

Nos lutins urbains

Nos lutins urbains

Et ils disent :

Nous ne pouvons pas marcher la nuit en paix

La nuit en paix

La nuit en paix…

* City Hobgoblins, in How I Wrote “Elastic Man”, Riley, Scanlan, Hanley, Smith, Rough Trade Music, 1980.